Projet

La question centrale de ce projet de recherche porte sur la manière dont les technologies numériques ont transformé la pratique de la citoyenneté démocratique au Canada.

Les vingt dernières années ont été marquées par une révolution technologique qui a transformé la communication, notamment avec l'adoption et l'usage généralisés des réseaux informatiques et des technologies numériques. Alors que l'utilisation de ces technologies était jusque-là confinée aux ordinateurs de bureau, sa portée s'étend désormais aux ordinateurs portables, aux tablettes numériques, voire aux téléphones intelligents. Tous les domaines de notre vie sociale, économique, culturelle et politique sont marqués par ces technologies. La question centrale de ce projet de recherche porte sur la manière dont les technologies numériques ont transformé la pratique de la citoyenneté démocratique au Canada.

Cette question de recherche est pertinente puisqu’au Canada, comme dans d'autres démocraties avancées, la citoyenneté démocratique semble ébranlée. Partout dans le monde démocratique, les taux de participation électorale sont en baisse, la confiance des électeurs dans leur capacité à faire évoluer les politiques décline et l'intérêt des citoyens envers la politique et leurs gouvernements sont au plus bas. Dès les premiers travaux qui ont été consacrés, la recherche sur le web politique fait l'hypothèse d'une relation positive entre l'activité politique en ligne et l’exercice de la citoyenneté démocratique. Dans cette étude, nous explorons le potentiel des technologies numérique à limiter, voire à inverser ces tendances inquiétantes en matière de citoyenneté démocratique. Si la recherche s'est jusqu'ici attardée aux activités politiques en ligne au Canada, elle n'a pas, dans son ensemble, été en mesure d'examiner le lien entre ces deux concepts centraux.

Cette étude de la relation entre l'activité politique en ligne et l’exercice de la citoyenneté démocratique est subdivisée en quatre sous-questions spécifiques. La première sous-question porte sur la manière dont les Canadiens utilisent la communication en ligne pour s'engager dans la citoyenneté démocratique, spécifiquement pour :

  1. recueillir de l'information sur la politique ;
  2. utiliser les services gouvernementaux électroniques ;
  3. prendre part à des formes traditionnelles de participation telles que communiquer avec les partis politiques ;
  4. prendre part à des formes non conventionnelles de participation telles que contacter les mouvements sociaux ;
  5. s'engager dans des discussions avec d'autres citoyens à propos de la politique.

La seconde question cherche à savoir si les pratiques politiques en ligne contribuent à combler le « fossé démocratique », soit l'écart entre la participation politique des différents segments de la société. Alors que la participation politique se pratique davantage dans différents segments de la société – les hommes, les personnes âgées…- nous souhaitons explorer dans quelle mesure les technologies numériques  facilitent la participation et l'accès à la politique pour d'autres types de citoyens. La troisième question concerne la relation entre l'activité politique en ligne et l'activité hors-ligne, dans le « monde réel ». La question est ici de savoir si la participation en ligne constitue une extension naturelle de la participation hors-ligne ou si elle représente plutôt une manière d'attirer de nouveaux citoyens dans le processus politique. Enfin, la quatrième question concerne l'évaluation que font les citoyens de l'utilité de l'activité politique en ligne à contribuer à l’exercice de leur citoyenneté. Bien qu'il existe une abondante littérature documentant l'essor de la gouvernance en ligne, nous ignorons si les citoyens utilisent réellement les technologies numériques pour entrer en contact avec leur gouvernement. Si tel est le cas, comment ces technologies peuvent-elles être améliorées pour stimuler davantage l'interactivité ?

Les données du projet sont tirées d’un sondage téléphonique mené auprès d’un échantillon probabiliste de 2 000 Canadiens. Un second sondage par panel en trois vagues comprenant 1000 répondants sondés en ligne en 2015 et 2016 et une série d’entretiens de recherche individuels complète nos sources de collecte d’information. Ces données sont les plus importantes recueillies jusqu’à présent sur ces questions au Canada. Cette méthodologie unique permet d’étudier en profondeur nos questions de recherche et de mettre à jour d'importantes connaissances sur la relation entre les technologies numériques et la citoyenneté démocratique au Canada.